Les raisons pour lesquelles j’évite de me déplacer en train

Les raisons pour lesquelles j’évite de me déplacer en train

N’en déplaise aux adeptes inconditionnels ou à ceux qui n’ont pas le choix, le train, ce n’est pas mon truc. Parmi les inconvénients de ce mode de transport, voici les plus notables. Les retards de train et perturbations sont très fréquents Quand il s’agit de partir en vacances, les retards sont une véritable galère et il n’est pas rare, au final, de devoir trouver en urgence un hôtel en attendant une correspondance ou, pire, le prochain vol. Et pour ce qui est de déplacements professionnels, autant dire que les perturbations quasi quotidiennes ont raison des plus résistants des usagers de la SNCF. Il suffit d’utiliser tous les jours une ligne pour s’apercevoir très vite qu’elle n’est pas synonyme de fiabilité. Un train annulé, et c’est parfois une matinée de travail ratée, ce qu’il est difficile de justifier auprès de son employeur si le phénomène se reproduit à un rythme régulier. Enfin, de mouvements de grève en travaux inopinés, le train subit de désagréables fluctuations de ses horaires, ce qui est stressant au quotidien. La durée du trajet est plus longue qu’avec d’autres moyens de transport Un autre désavantage d’un trajet ferroviaire est sa durée, surtout sur des lignes régionales. Entre les arrêts dans toutes les gares et les détours pour parvenir à destination, un voyage se transforme en périple qui met à rude épreuve la patience des utilisateurs. En outre, contrairement à d’autres moyens de transport, le train ne dessert pas nécessairement certaines zones oubliées du réseau. De plus, une fois en gare, encore faut-il la plupart du temps disposer d’une voiture afin de franchir les derniers kilomètres, notamment...
Le Shinkansen : le TGV japonais

Le Shinkansen : le TGV japonais

Les nippons ont commencé à élaborer leur premier TGV en 1959. Ils ont cependant patienté jusqu’en 1964 avant de pouvoir mettre le premier Shinkansen sur les rails. Ce TGV a détenu le record de vitesse mondial puisqu’il roulait à 240 km/h. Ce qui était une véritable prouesse à l’époque est aujourd’hui dépassé par les améliorations constantes. Les premiers TGV japonais ont d’ailleurs majoritairement été retirés du service pour laisser place à la nouvelle génération. Les séries 500 et N700 des Shinkansen atteignent facilement les 300 km/h tandis que la série E5 peut circuler librement à 320 km/h. Les autres lignes de Shinkansen se contentent d’une allure “modeste” oscillant entre 240 km/h et 275 km/h. Le japonais avait développé le Fastech 360 dont la vitesse de croisière se stabilisait à 360 km/h bien que les performances permissent d’atteindre les 405 km/h. Ce Shinkansen est cependant resté au stade de prototype car sa trop grande vitesse générait d’importantes nuisances sonores. Si jamais vous séjournez au Japon, sachez que les noms des Shinkansen laissent présager de leur vitesse. Le Hayate (comprenez “coup de vent”) et le Hayabusa (traduisez par “faucon pèlerin”) roulent ainsi à une vitesse supérieure au Yamabiko (esprit de la montagne). Le saviez-vous ? Les Shinkansen sont sur les rails depuis plus de 40 ans mais il n’y a encore eu aucun...
Trains : La grève SNCF ne fait que commencer

Trains : La grève SNCF ne fait que commencer

La grève SNCF est lancée ! Elle débute ce mardi 3 avril 2018 jusqu’au 28 juin 2018, à raison de deux jours sur cinq. Les salariés de la SNCF se mobilisent : 48 % de grévistes annoncés dimanche 01 avril pour l’ensemble du personnel et 77 % pour les conducteurs. Les raisons de cette grève sont nombreuses, il s’agit ici d’une opposition à la réforme de l’entreprise ferroviaire proposée par le gouvernement. Les grévistes veulent tout d’abord préserver le statut protecteur leur garantissant un emploi à vie, une grille de rémunérations qui augmentent machinalement et une retraite à partir de 52 ans pour les conducteurs et à partir de 57 ans pour les autres, qui par ailleurs coûtent 4 milliards par an. La deuxième raison est que la SNCF veut garder le monopole sur le transport des personnes, ils s’opposent donc à l’ouverture à la concurrence. Les salariés sont également contre le changement de statut juridique de la SNCF qui devrait se transformer en société anonyme (SA). Selon les syndicats ce projet de réforme « ne règlera pas le sujet de la dette » de la SNCF qui était de 46,6 milliards d’euros en fin 2017, « ni celui des dysfonctionnements » qui sont très...
Voyage en train : votre guide pour arriver à bon port sans stresser

Voyage en train : votre guide pour arriver à bon port sans stresser

  L’air de rien, voyager en train n’est pas toujours ce qu’il y a d’évident pour tout le monde. Surtout quand vous êtes un tantinet maniaque ou paranoïaque, et que vous avez du mal à ne pas piquer une prise de panique à l’idée de rater votre train et de bousiller du coup tout votre emploi du temps. La question que je me suis posée à un moment est : qu’est-ce qui peut ruiner un voyage en train pour que ça puisse générer autant de stress rien que d’y penser ? Je me suis mis en quête de la réponse, et j’ai fini par tomber sur des solutions pour combattre le stress qui peut venir vous gâcher la vie avant même le voyage. Dans cet article, je vous propose donc de découvrir ces petites astuces qui feront que vous n’aurez plus de mal à apprécier vos voyages en train. À prendre sans modération si vous avez des sueurs froides rien qu’à l’idée de voyager en train avec trop de bagages. Je vous conseille aussi de lire la suite si vous avez des envies de suicide à bord d’un train où vous trouverez que le temps est trop long. Voici donc ce qu’il faut faire pour apprécier votre voyage et ne pas en perdre une miette ! Concentrez-vous sur le voyage Comment comptez-vous profiter de votre petit séjour à bord d’un train si vous vous focalisez uniquement sur votre arrivée à bon port ? Je ne pense pas que beaucoup de personnes iraient volontairement prendre le train pour un voyage, si certains trajets en avions sont beaucoup moins longs et surtout moins chers. Si...